Contre l’oubli - Ausflug ins Schengen Lyzeum

Am 28.11. 2019 besuchten 40 der Klassen der DC3CO1, DC3COF2, 3GSOF1, DC3CA, DC3DE, DC3PV mit ihren Lehrern Wilfried Jansen, François Ramakers und Julia Retzlaff die Sonderausstellung „Kinder im KZ Bergen-Belsen“. Sie erzählt die Geschichte der etwa 3.500 Kinder unter 15 Jahren, die im Konzentrationslager Bergen-Belsen inhaftiert waren. Anhand von Einzelschicksalen werden die spezifischen Lebensbedingungen und Verhaltensformen von Kindern in diesem Lager dargestellt. Die Themen reichen dabei von Familie und Spielen über Appell und Gewalt bis hin zu Angst, Hunger, Krankheit und Sterben. Auch wenig bekannte Aspekte wie die Geburten im Konzentrationslager werden vorgestellt. Die Hilfsmaßnahmen, die nach der Befreiung für überlebende Kinder ergriffen wurden, sowie Biografien von Kinderüberlebenden bilden weitere Kapitel. Einige von ihnen fanden in der Schweiz eine neue Heimat. Ein Ausstellungsteil ist den etwa 600 Kindern gewidmet, die im KZ Bergen-Belsen um ihr Leben gebracht wurden.

Hier einige Gedanken von Schülern nach der Ausstellung:

« C’est très émouvant de voir comment on a traité des hommes et de voir les souffrances des enfants qui n‘ont pas eu de droits. Réfléchissons!»

« Maintenant je fais plus attentions aux droits des enfants et des hommes. C’est si facile de les oublier pour son propre intérêt. Il faut faire attention comment on traite les gens. Je me suis réveillé.»

« Nous ne sommes pas conscients que nous sommes très protégés par la loi et on a beaucoup de droits. Les enfants et les adultes dans ce camp n’ont pas eu. Seulement 2 cm de pain par semaine???? Ce n’est pas humain, les enfants sont les plus innocents. »

« Même après 79 ans de guerre nos cœurs se renferment et des larmes viennent aux yeux. Une guerre inoubliable, l’extermination des juifs, Sinti et Roma, des handicapés et homosexuels pendant cette guerre mondiale qui rend l’action génocidaire nazie unique dans l’histoire de l’humanité. A travers des explications des profs je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir un profond malaise et surtout une grande tristesse. Voir les vidéos où les gens racontaient comment ils vivaient, mangeaient, souffraient. Tout cela m’a profondément marqué. Aujourd’hui encore, une semaine après l’excursion, j’ai les mêmes sentiments. En voyant les photos des petits enfants qui étaient aux camps de concentration je me mordais les lèvres, je ne voulais pas fondre en larmes, je pleurais en silence, caché derrière le dos d`une camarade de classe. Nous deux, nous avons écouté aux voix des enfants enfermés dans les camps à chanter « Kalin Kavalin, Kakalin Kamaya ». Là, on a justement croisé les regards et les larmes sont tombées. Je ne cessais pas de répéter que c’est impossible de faire ça. Choqué, j’imaginerais l’horreur et me faisais une image devant les yeux. Je ne voulais pas le croire : Comment peut-on tuer des bébés, ces êtres innocents ? Seulement parce que les parents étaient différents ? La visite nous a permis de voir l’aspect de déshumanisation. Elle était très intense et importante.»

Like us on Facebook

106, avenue Pasteur
L-2309 Luxembourg - Limpertsberg

Tel.: (+352) 47 38 11 - 1
Fax: (+352) 47 38 11 - 333

Contactez-nous par email

6, rue Coudenhove - Kalergi
L-1359 Luxembourg - Kirchberg

Tel.: (+352) 43 43 32 - 1
Fax: (+352) 43 43 32 - 333